SALUDO DE LA GENERACIÓN DE LA AMISTAD SAHARAUI AL CUARTO CONGRESO INTERNACIONAL DE LA LENGUA ESPAÑOLA

31032007

Somos un grupo de escritores y poetas saharauis exiliados en España, que escribimos en español, nuestro segundo idioma.

Constituimos en Madrid hace dos años la Generación de la Amistad Saharaui. En esta nueva plataforma de expresión de la cultura saharaui, aunamos además nuestras voces, nuestra protesta y nuestra denuncia de la difícil situación impuesta al pueblo saharaui desde la ocupación marroquí. Nos hemos apropiado de la Palabra para expresar nuestros sentimientos, esos que afloran desde tan adentro, como la indignación ante la invisibilidad de la cuestión saharaui.

Nos definimos como escritores saharauis en castellano en reivindicación de ese rasgo que nos distingue como el único pueblo árabe y africano que también habla, piensa, sueña y siente en español.

Desde nuestro exilio en España queremos expresar nuestro apoyo y solidaridad al Cuarto Congreso Internacional de la Lengua Española.

Ciento treinta años de convivencia y presencia española en el Sahara Occidental son una razón de peso que queremos recordar a este congreso; también que luchamos en duras condiciones rodeados por países francófonos. El esfuerzo que realizamos es enorme para mantener viva la presencia del español en el norte de África. Nuestros libros en castellano se editan en los países escandinavos. Muy a nuestro pesar, sin la señora eñe.

Queremos rendir un especial homenaje a esta fiesta de la lengua española y aportar a ella nuestra visión particular como hispanohablantes. La presencia del español es un vínculo que nos une y a través del cual nos comunicamos todos para descifrar el lenguaje mágico, entre otros, de El Quijote o de Cien Años de Soledad.

Aprovechamos este evento de la lengua española para enviar nuestro saludo a Colombia y en especial a la ciudad Cartagena de Indias por el esfuerzo hecho para acoger tan importante acontecimiento. Ocasión que aprovechamos para felicitar al premio Nobel y máximo exponente de la novela latinoamericana en el siglo XX Gabriel García Márquez, nuestro apreciado Gabo, por su ochenta aniversario.

Esperamos que este humilde escrito propicie una reflexión para reconocer las reivindicaciones de miles de saharauis que nos expresamos en esta lengua al Instituto Cervantes. Porque, si incluso en China hay una sede, y la hay en otros lugares del mundo donde esta querida lengua tiene escasa presencia, en el Sahara sobran razones de carácter histórico y cultural que nos unen a la comunidad latinoamericana y justifican la presencia de esta Institución.

Los niños de los colegios saharauis siguen dibujando en medio del exilio las andanzas de Don Quijote de la Mancha, incluso lo imaginan recorriendo el desierto en un dromedario que quiere llegar a la jaima de Aureliano Buendía y preguntarle por su estirpe de nómadas y pastores que recorrieron el desierto durante cien años, que esperamos no sean de soledad y silencio para el pueblo saharaui.




La campagne visant à faire connaître la question sahraouie se poursuit au Royaume Uni

29032007

Londres, 29/03/2007 (SPS) Londres a abrité, mardi soir, une soirée culturelle sahraouie, deuxième du genre en l’espace d’une semaine, à l’initiative de l’organisation Sandblast, dans le cadre d’une campagne visant à faire connaître la question sahraouie au Royaume Uni de Grande Bretagne. 

La manifestation qui a eu lieu à Canning House, a été inaugurée par la projection d’un film documentaire « Voix du Sahara », du cinéaste mexicain Javier Bereth sur les derniers développements de la question sahraouie et la situation des réfugiés sahraouis. 

Le film met en exergue la souffrance des réfugiés dans les camps sahraouis, mais aussi leur attachement à leur identité nationale, un attachement consacré à travers les programmes éducatifs et les autres aspects de la vie culturelle propre aux sahraouis dont l’unité socioculturelle. 

Lors du débat qui a suivi la projection du film documentaire, M. Eduardo Trio, enseignant espagnol en droit international a souligné la responsabilité juridique et morale de l’Espagne à l’égard du Sahara Occidental ajoutant que l’Espagne occupe, du point de vue du droit international, le statut d’autorité administrante de la région. 

Dans ce contexte, M. Trio a déploré la position de l’actuel Gouvernement espagnol vis-à-vis de la question sahraouie appelant ce même Gouvernement à assumer sa responsabilité juridique en vue de faire aboutir le processus de décolonisation au Sahara Occidental. 

L’assistance a, en outre, écouté l’intervention de M. Pablo San Martin, enseignant universitaire en Grande Bretagne, qui a passé en revue l’évolution du sens civique chez le peuple sahraoui, depuis l’ère qui a précédé la colonisation espagnole jusqu’à la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), qui constitue le couronnement politique et institutionnel de la Nation sahraouie. 

A la fin de la soirée, le représentant du Front Polisario au Royaume Uni et en République d’Irlande, Mohamed Oumar a informé l’assistance des derniers développements de la question sahraouie mettant en avant la poursuite de la lutte pacifique dans les territoires occupées au Sahara Occidental et dénonçant les tentatives marocaines visant à contourner le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination. 

Le Front Polisario et le peuple sahraoui tout entier rejettent en bloc toutes les solutions unilatérales et contraires à la Légalité internationale et demeurent attachés à leur droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance. (SPS)




Sahara

28032007

Image de prévisualisation YouTube




28032007

Image de prévisualisation YouTube




28032007

Image de prévisualisation YouTube




Condamnation de huit prisonniers politiques sahraouis à des peines allant de 5 mois à trois ans de prison ferme

27032007

El Aaiun (territoires occupés), 21/03/2007 (SPS) Le Tribunal colonial d’appel d’El Aaiun a condamné mardi huit prisonniers politiques sahraouis écroués à la Carcel negra (prison noire), à des peines allant de 5 mois à trois ans de prison ferme, alors que le procès de trois autres a été reporté au 17 avril prochain à la demande de la défense, a indiqué une source du ministère sahraoui des territoires occupés et de la diaspora.

Ces prisonniers politiques sahraouis ont rejeté « toutes les accusations » prononcées à leur encontre par le tribunal colonial d’El Aaiun, « affirmant qu’il étaient arrêtés pour leur participation aux manifestations pacifiques appelant au retrait immédiat de l’occupation marocaine et à l’autodétermination du peuple sahraoui », a précisé la même source.

Parmi ces onze prisonniers politiques sahraouis ayant comparu mardi devant le tribunal colonial d’appel d’El Aaiun, Oumar Ben El Yazid, Cheikh Ben Al-lal, Zougham Ghali, Bahaha Mohamed Salem, Baida Abdeslam et Hajaj Mohamed Mouloud ont été condamnés à 3 ans de prison ferme.

Deux autres, Loumadi Abdeslam et Benga Cheikh, le premier a été condamné à 18 mois de prison ferme, alors que le second a été condamné à 5 mois de prison ferme et devrait être libéré après avoir passé cette période derrière les barreaux dans la Carcel negra d’El Aaiun, a estimé la même source.

Le tribunal colonial d’appel d’El Aaiun a également reporté le procès des prisonniers politiques sahraouis : Amidan El Ouali, Bachir Ben Taleb et Terrouzi Yahdih au 17 avril prochain, à la demande de la défense, a ajouté la même source. (SPS)

020/090/110 211217 MAR 07 SPS




M. Bedjaoui appelle au respect du processus d’autodétermination

27032007

Washington, 25/03/2007 (SPS) M. Mohammed Bedjaoui, ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, a souligné samedi soir à Washington que la communauté internationale « a le devoir d’assumer ses responsabilités historiques en appuyant la légalité internationale quant à la mise en place du principe d’autodétermination du peuple sahraoui ».

« J’ai mis en garde les différents membres du Conseil de sécurité sur la responsabilité historique qui pourrait être la leur s’ils venaient à sortir de la légalité internationale en avalisant le projet d’autonomie interne », a ajouté M. Bedjaoui à l’APS.

« Sortir de la légalité internationale reviendrait à s’écarter des décisions pertinentes de la communauté internationale, rejetant le fait colonial marocain au Sahara Occidental, depuis déjà 1974, et militant en faveur de l’autodétermination du peuple sahraoui’’, a-t-il expliqué à l’issue de sa tournée à New-York et Washington.

« La plupart de mes interlocuteurs sont conscients de l’importance de trouver une solution juste à une occupation coloniale, la dernière sur le continent africain, qui dure depuis plus de trente ans », a poursuivi M. Bedjaoui, ajoutant que cette « occupation ne fait qu’accroître les souffrances du peuple sahraoui ».

Le ministre algérien des affaires étrangères a précisé que ses interlocuteurs sont « aussi conscients qu’il ne peut être question, malgré les pressions, de faire dévier l’ONU dangereusement vers une impasse », se disant « convaincu que la communauté internationale doit réagir à cette attente trop longue » du peuple sahraoui.

Il a encore indiqué avoir expliqué les préoccupations de l’Algérie à voir rapidement se régler un problème qui est un déni du droit d’un peuple à disposer de son avenir.

« Parce que l’Algérie connaît le prix de la liberté des peuples, nous ne pouvons rester indifférents au sort des 150.000 réfugiés sahraouis accueillis sur le sol algérien », a souligné le ministre algérien des affaires étrangères, affirmant : « c’est pourquoi nous soutenons le principe de l’autodétermination des peuples, le seul à même de garantir la stabilité dans une région qui n’a que trop souffert des violences et de l’instabilité ».

M. Bedjaoui s’est, par ailleurs, dit « rassuré » sur le fait qu’il ait trouvé « un écho favorable » chez la majorité de ses interlocuteurs, « préoccupés par l’exigence de faire respecter les engagements de la communauté internationale sur la question sahraouie et de ne pas céder à l’attrait d’une quelconque solution qui outrepasserait le cadre de la légalité internationale ».

« J’ai eu des échos tout à fait réfléchis et favorables », a-t-il soutenu.

M. Bedjaoui a signalé, à propos du « projet marocain », que ses interlocuteurs « disent avoir entendu parler d’un projet de solution que préparerait le Maroc, mais personne n’a entre les mains les détails de ce plan d’autonomie interne dans le cadre de la souveraineté marocaine que voudrait accorder Rabat au peuple sahraoui », a-t-il indiqué.

Il a précisé qu’un tel « projet est en contradiction flagrante avec les dispositions déjà existantes quant au règlement de la question sahraouie ».

« Le peuple sahraoui et de nombreux pays, dont l’Algérie s’opposent à toute solution unilatérale et récusent ce projet qui signifie tout simplement une autonomie captive qui s’insère ad vitam eternam et définitivement dans le cadre de la souveraineté nationale marocaine ».

Critiquant ceux « qui voudraient que l’on prenne tout de même connaissance de ce plan marocain », le chef de la diplomatie algérienne a réaffirmé qu’une « proposition unilatérale, renie les engagements de l’ONU qui sont de mener le peuple sahraoui à exercer librement son droit à l’autodétermination et à choisir son avenir ».

« L’autodétermination que l’on souhaite réaliser pour le peuple sahraoui implique véritablement que le processus soit mené de bout en bout par les Nations Unies de manière à avoir un référendum sincère, transparent, libre, objectif et absolument irréprochable à tous égards », a poursuivi M. Bedjaoui.

Interrogé sur la position américaine à ce sujet, le ministre algérien des affaires étrangères a dit avoir senti un « intérêt » plus marqué chez ses différents interlocuteurs, « y compris Mme Rice », qui ont manifesté la « volonté de voir se dessiner une solution qui rétablisse la stabilité dans la région ».

« Les Américains disent s’en tenir à l’application des solutions qui seraient prises au sein de l’ONU. Ils mesurent parfaitement les enjeux régionaux et voudraient voir un aboutissement heureux à un problème qui n’a que trop duré’’, a fait remarquer le chef de la diplomatie algérienne.

« Je souhaite que les Etats-Unis prennent parfaitement conscience, dans le cadre de leur politique extérieure, qu’il est impératif de faire respecter la légalité internationale », a-t-il conclu.

M. Bedjaoui a effectué lundi et mardi derniers une visite à New York et Washington où il a rencontré la secrétaire d’état américaine, Condoleezza Rice , le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, le Président en exercice du Conseil de sécurité, l’ambassadeur sud africain, Dumisani Kumalo et les représentants des pays membres du Conseil.

Le Conseil de sécurité examinera le 20 avril prochain le rapport du secrétaire général de l’ONU sur la question du Sahara Occidental.(SPS)

020/090/700 251330 MAR 07 SPS




Les saharaouis

25032007

http://www.dailymotion.com/video/3rJknjWegLkW57oyM




24032007

Image de prévisualisation YouTube




POUR LA LIBÉRTE DES SAHRAUÍS

22032007

Les associacions solidàries sotasignants no podem fer altra cosa que valorar
negativament el posicionament del govern espanyol a la cimera entre Espanya i el
Marroc dels passats dies 5 i 6 de març, respecte el Sàhara Occidental, ja que acceptant
el pla d’autonomia per aquest territori, que proposa el Regne del Marroc, culmina tot un
procés de calculades ambigüetats que situa Espanya en una posició molt delicada, ja que
no sols abandona posicions de respecte a la legalitat internacional, respecte a la seva
antiga colònia sinó que a més ho fa, acceptant les pressions econòmiques, polítiques i
d’altres de tot tipus per part del Marroc.

Lamentem la modificació de la posició del govern espanyol, respecte el Sàhara
Occidental, perque l’acceptació de les tesis autonomistes del Marroc, és una burla a les
més de les 50 resolucions de l’ONU, de l’OUA, de la pròpia Unió Europea o respecte
als criteris expressats pel Tribunal Internacional de la Haia i que reconeixen al dret
d’autodeterminació del poble sahrauí. Denunciem que el posicionament del govern
espanyol, el situa al marge de la legalitat internacional

Avalant les tesis marroquines, el govern espanyol no sols traeix el poble sahrauí, sino
que aquest canvi significa un total seguidisme de les posicions del Marroc respecte el
Sàhara Occidental i un plegament total a les condicions imposades per aquest país, que
utilitza els sahrauís com a moneda de canvi, per tal de mantenir relacions comercials,
per l’aplicació de polítiques concretes respecte els immigrants, respecte el tràfic de
drogues o del manteniment d’altres polítiques d’interès tant per Espanya com pel
Marroc. Per contra nosaltres creiem que NO ES PODEN CANVIAR ELS
INTERESSOS POLÍTICS, PELS DRETS DE LES PERSONES I DELS POBLES.

L’aplicació de polítiques concretes no ha de condicionar el dret dels sahrauís a
expressar-se lliurement i a exercir el seu dret a l’autodeterminació.

Avalant les tesis del Regne del Marroc, Espanya,

- Es situa contra les idees del moviment solidari amb els sahrauís, però
sobretot, contra la majoria de la realitat social catalana i espanyola.
- Abandona la posibilitat de liderar un procés, com a antiga potència
colonial, que ha de donar estabilitat i ha de portar la pau a la zona del
Magreb. Aquest procés passa ineludiblement, per un referèndum
d’autodeterminació del Sàhara Occidental
- Tanca les portes als posibles processos de diàleg i negociació, dins dels
marcs de la legalitat i del dret internacional. Processos que han estat
boicotejats permamentment des del Marroc
- Espanya, dona recolzament a un país, el Marroc, que no sols està ocupant
ilegalment el Sàhara Occidental, sino que a més viola constantment el dret
dels sahrauís a expressar-se lliurement, amb detencions ilegals, amb
processos judicials sense garanties i per fi, amb condemnes
desproporcionades contra els activistes dels drets humans sahrauís. Fets
acompanyats per una política d’acosament constant a la població sahrauí,
que inclou l’entrada a les cases dels sahrauís o marginació social d’aquests
- Contra les preocupacions manifestades per organitzacions com a Amnistia
Internacional o d’altres, que denuncien la repressió constant i organitzada
del Marroc a la població sahrauí dels Territoris Ocupats, el govern
d’Espanya, sembla voler justificar aquestes situacions.

Contra aquests fets, les organitzacions solidàries amb el poble sahrauí de Catalunya,
fem una crida al govern espanyol, perque :

- Respecti les ressolucions de l’ONU, que reconeixen el dret a
l’autodeterminació del poble sahrauí
- NO dugui a terme la venda d’armes al Regne del Marroc, ja que es fa a un
país en guerra, fet que és contrari a la legislació internacional i al paper
que ha d’exercir un país com a Espanya, que ha de liderar el procés de
descolonització i d’autodeterminació del Sàhera Occidental.
- Respecti la majoria social catalana i espanyola, que dessitja no sols
recolzament humanitari sino també polític a les reivindicacions del poble
sahrauí
- Continui recolzant els sahrauís exiliats als Campaments de Refugiats de
Tindouf, on van arribar fugint de la persecució de l’exèrcit marroquí i des
d’on ja fa quasi 32 anys que reivindiquen el seu dret a tornar al seu país,
lliure i independent

Les organitzacions solidàries amb el poble sahrauí de Catalunya, fem una crida a
expressar aquestes idees i a la mobilització.

Us convidem a recolzar aquest manifest, pel que ens podeu fer arribar la vostra adhesió
per mail a l’adreça electrònica sah_haidar@yahoo.es.

Aviat us informarem perquè ens acompanyeu a la concentració davant la Subdelegació
del Govern Espanyol.

LLIBERTAT PEL POBLE SAHRAUÍ

FRONT POLISARIO / ACAPS / COMITÉ CATALÀ AMINETU HAIDAR







LULLY CONSEIL : de vins, de... |
le blog du savoir |
Actus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Andalousie
| Nemanor
| Nehemiah The Story