Torture Charges Mar Western Sahara Talks

24062007

Torture Charges Mar Western Sahara Talks  dans Sàhara Guardian
Saturday June 23, 2007 7:01 PM

By JOHN THORNE

Associated Press Writer

LAAYOUNE, Western Sahara (AP) – With each question she refused to answer, Zahra Bassiri said, Moroccan police grabbed her hair, yanked her head back and slammed her face against the wall.

Activists say pro-independence demonstrators have suffered from escalating police brutality recently ahead of talks this week on the status of Western Sahara, a disputed, Texas-sized swath of North African desert that has been a major source of tension between the region’s powers since Morocco occupied it three decades ago.

The United States wants neighbors Morocco and Algeria and Western Sahara’s main independence movement, the Algerian-backed Polisario Front, to agree on a peace plan so that the region can focus on another pressing North African problem: al-Qaida-inspired Islamic terrorism.

But one reason why expectations are so low at the United Nations-sponsored talks between Morocco and Polisario are persistent accusations from Saharawis, Western Sahara’s once nomadic people, that Morocco rules the region brutally.

« We cannot negotiate while we’re being oppressed, » Polisario’s coordinator with the U.N., Mohamed Khadad, said in a telephone interview.

Western Sahara activists say Moroccan police are cracking down on pro-independence Saharawis, including the arrest and torture of dozens of children and teenagers like Bassiri.

For the 14-year-old girl, a normal February school day became a nightmare when she joined around 50 other Saharawis after class to demand independence.

Demonstrators chanted slogans and unfurled Polisario banners. Suddenly Moroccan police swarmed onto the scene. Zahra was caught and bundled into a police van.

« The beating started at once, » she recounted in an interview arranged by Saharawi rights activists in Laayoune, Western Sahara’s main city. « Four policemen threw me on the floor of the van to get a better swing with their truncheons. »

After five hours of continued beating at a police station, Zahra says she was locked in a small urine-damp cell with 17 other young Saharawis. In the morning, police forced her and another girl to clean the station and pressed her to name other activists. They released her that evening.

Morocco invaded Western Sahara in 1975 in a hand-off from the territory’s former colonizer, Spain. Polisario resisted in a guerrilla war that ended in 1991 with a U.N.-brokered cease-fire, leaving several thousands dead on both sides.

A U.N.-mandated vote on independence foundered over disagreements about who should vote.

Polisario still wants a referendum on Western Sahara’s future. Morocco rules that out and proposes limited autonomy.

Morocco fears losing Western Sahara would undermine the authority of King Mohamed VI. Rich fishing banks and possible offshore oil are added incentives to keeping the territory.

The invasion date, Nov. 6, is a national holiday and commemorated on Moroccan bank notes. Criticism of Morocco’s rule in Western Sahara, which it calls its « Southern Provinces, » is illegal.

Nonetheless, Saharawis have recently accelerated a campaign of pro-independence demonstrations, with young people at the forefront. The campaign, and the escalating police brutality, come amid increased activity around Western Sahara in recent months, with Morocco presenting a new autonomy plan, the Polisario offering to share the region’s resources with Morocco and the U.N. talks Monday and Tuesday.

Laayoune’s governor Mohamed Dryef accused older Saharawis of encouraging the young people.

« These demonstrations are against the law, and are suppressed in accordance with the law, » Dryef, appointed governor by King Mohamed, said in an interview.

Dryef denied that police in Laayoune used excessive force or arrested minors.

Demonstrators tell a different story.

Abdelnaceur Lemaissi, 14, said police arrested him and his mother after breaking up a demonstration they were in last month. They were taken to a police station and forced to watch each other being savagely pummeled with batons.

« They aimed for my ears and the back of my head, » said Abdelnaceur, whose left eardrum burst. A doctor’s report shown to The Associated Press confirmed Abdelnaceur’s injuries. A psychiatrist’s report diagnosed him with post-traumatic stress disorder, paranoia and nightmares.

Most Saharawis are scooped up from demonstrations, but arrest can come any time.

« I just went out one evening last month to buy groceries when two plainclothes cops grabbed me, » said Omar, 17, who did not want his last name printed because he feared police reprisals.

Omar said police handcuffed and blindfolded him, and drove him to the desert. There, they stripped, drenched and beat him before burying him up to his neck in a ditch with rocks and sitting on him. Finally they deposited him back in Laayoune, miles from his house.

Omar said he doesn’t know why he was targeted.

Random arrests help create « an ambiance of terror, » said Brahim Elansari, vice-president of the Saharawi Association for Human Rights Victims.

Saharawi neighborhoods in Laayoune are eerily silent in an otherwise bustling city. Residents scurry indoors as Moroccan riot police tramp down the sunwashed streets, idly swinging truncheons. But ubiquitous pro-Polisario graffiti gives mute testimony of local public opinion.

Morocco has poured settlers and money into Western Sahara, where some 200,000 Moroccans now outnumber Saharawis two to one.

Moroccans come for lower taxes, subsidized goods and jobs. Saharawis say Moroccan employers won’t hire them.

« The problem is social – most of these young (Saharawis) don’t have work, » said El Houcine Baida, a Saharawi and member of the Moroccan king’s advisory committee on Western Sahara.

Analysts warn against imposing a political solution Saharawis don’t accept, lest their largely peaceful activism warp into a full-fledged uprising.

« All of the conditions are there for violence, » said Jacob Mundy, a Western Sahara expert with the Washington, D.C.-based Middle East Research and Information Project. « Everyone’s holding onto a small shred of hope that the U.N. will intervene to prevent this from blowing up. »

Associated Press writer Aidan Lewis in Algiers contributed to this report.




Le Front Polisario constate « un manque de volonté politique » de la part du Maroc (responsable)

19062007

Le Front Polisario constate

New York, 19/6/2007 (SPS) La délégation du Front Polisario aux négociations de Manhasset (New York) sur l’avenir du Sahara Occidental a constaté, à l’issue de la première journée, « un manque de volonté et de sérieux » de la part de la délégation marocaine, a indiqué lundi soir à l’APS un membre de la délégation sahraouie.  

« Le Front Polisario a constaté le manque de volonté et de sérieux de la part de la délégation marocaine aux négociations ouvertes lundi à Manhasset », a déclaré M. Brahim Ghali, membre du secrétariat national du Front Polisario et membre de la délégation sahraouie aux négociations. 

L’ancien ministre sahraoui de la Défense et actuel représentant du Front Polisario en Espagne, a affirmé que le Front Polisario déplore « l’absence de volonté politique de la partie marocaine pour aller à des négociations réelles pour une solution juste, durable et mutuellement acceptable qui prenne en compte le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination ». 

« Le droit à l’autodétermination, tel que confirmé par l’ONU et ses nombreuses résolutions pertinentes, est un passage obligé et obligatoire pour arriver à une solution politique du conflit du Sahara Occidental », a-t-il souligné, tout en rejetant l’intransigeance « dont fait preuve le royaume du Maroc en proposant comme seule option l’autonomie, une proposition qui viole non seulement la légalité internationale, en voulant priver le peuple sahraoui de son droit à décider de son devenir, mais part du postulat que le Sahara Occidental est marocain ». 

Pour le délégué sahraoui, le principe d’autodétermination est « l’unique voie pour trouver une solution au conflit du Sahara occidental » car, a-t-il  ajouté, « il correspond aux dispositions contenues dans la Charte des Nations Unies, l’ensemble des textes fondateurs de l’ONU et des nombreuses résolutions de son Assemblée générale et de son Conseil de sécurité ». 

« La délégation sahraouie défendra le droit à l’autodétermination. Nous ne ferons aucune concession sur ce principe et cette exigence », a-t-il encore dit. 

M. Ghali a ensuite évoqué les travaux de la première journée qui ont surtout porté sur la présentation de l’initiative marocaine pour la négociation d’un statut d’autonomie de la région du Sahara dans le cadre de la souveraineté du royaume, de son intégrité territoriale et de son unité nationale, ainsi que la proposition du Front Polisario pour une solution politique mutuellement acceptable assurant l’autodétermination du peuple du Sahara Occidental.  

En présence de l’Envoyé personnel du secrétaire général pour le Sahara Occidental, M. Peter Van Walsum, et du représentant spécial du secrétaire général, coordinateur de la MINURSO, M. Julian Harston, les deux délégations sahraouie et marocaine poursuivent mardi l’examen des deux propositions, a indiqué M. Ghali qui a espéré que « le Maroc fasse preuve d’une réelle volonté de paix au bénéfice des deux peuples sahraoui et marocain et des peuples de la région ». 

« Nous tendons au royaume du Maroc la main de la paix. Nous voulons parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable. Et c’est pourquoi, dans notre proposition, nous offrons toutes les garanties de sécurité, de bon-voisinage, d’intégrité territoriale, de coopération économique et de respect des populations installées sur le territoire sahraoui et bien d’autres avantages », a-t-il plaidé, disant que le respect du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination « s’inscrit en droite ligne de la légalité internationale, mais est aussi à même de garantir la coopération et la stabilité dans la région ». 

Au sujet du déroulement des négociations, il a indiqué que la délégation sahraouie « a bon espoir que les négociations se poursuivent et puissent déboucher sur une solution définitive au conflit ». 

« Nous avons espoir que les discussions se poursuivent en toute bonne foi et dans la sérénité. Nous demandons à la partie marocaine de faire preuve de bonne foi et de réelle volonté politique de sortir de l’impasse et parvenir à une solution qui ne lèse pas les droits du peuple du Sahara Occidental », souligne-t-il. 

La délégation sahraouie aux négociations des 18 et 19 juin à Manhasset, sous l’égide des Nations Unies, dirigée par Mahfoud Ali Beiba, président du Conseil national sahraoui (Parlement), comprend le coordinateur sahraoui avec la MINURSO, M’hamed Kheddad, le représentant du Front Polisario auprès de l’ONU, Ahmed Boukhari ainsi que les conseillers Bachir Sghaïr et Omar Abdellahi Sidi Mohamed. (SPS) 




La gauche européenne en Italie appelle l’ONU à la décolonisation du Sahara Occidental « sans plus tarder »

18062007

Rome, 18/06/2007 (SPS) L’assemblée nationale constitutive de la gauche européenne en Italie, réunie samedi et dimanche, a appelé dans une résolution le Conseil de sécurité de l’ONU au parachèvement, dans « de brefs délais », le processus de décolonisation du Sahara Occidental en organisant le referendum d’autodétermination. 

A cet égard, l’assemblée nationale constitutive de la gauche européenne en Italie a affirmé que « le conflit du Sahara Occidental ne peut être résolu qu’à travers le choix librement exprimé, du peuple sahraoui de son propre avenir, au moyen d’un referendum d’autodétermination libre et juste, auquel ni la puissance occupante ni la Communauté Internationale ne sauraient déroger. 

La résolution a appelé également à la protection des populations sahraouies dans les territoires occupés par le Maroc, demandant au Gouvernement italien « d’agir au sein de l’Union Européenne, au Conseil de Sécurité pour parvenir à cet objectif ». 

L’assemblée nationale constitutive de la gauche européenne en Italie, a exprimé « sa profonde préoccupation » face à la persistance, depuis plus de trente années, du conflit du Sahara Occidental qui a contraint beaucoup de Sahraouis à l’exil, alors qu’une partie des populations du Sahara Occidental, vivant sous l’occupation du royaume du Maroc, est « victime des violations inadmissibles des droits de l’homme ». 

Elle a en outre rappelé les différentes résolutions adoptées par les Nations Unies, notamment cette année par l’Assemblée Générale et par le Conseil de Sécurité, réaffirmant le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui. 

La résolution a en outre cité le plan du règlement de l’ONU approuvé par le Conseil de Sécurité dans ses résolutions 658 du 27 juillet 1990, et 690 du 29 Avril 1991, les Accords de Houston,signés par les deux parties au conflit, en Septembre 1997 et en fin le Plan de paix pour l’autodétermination du peuple du Sahara, Occidental, élaboré par James Baker, et endossé par le Conseil de Sécurité dans sa Résolution 1495 du 31 juillet 2003. (SPS) 

020/090/000 181700 Jun 07 SPS 




Nouvelles arrestations à El-Ayoune

17062007

06/15/2007
El-Ayoune – Sahara Occidental
Vendredi 15 juin 2007

Nouvelles arrestations à El-Ayoune

Les forces de la sécurité marocaine ont arrêté, aujourd’hui vendredi 15 juin 2007, trois jeunes sahraouis dans un Cyber café à l’avenue ‘la visite’. Les trois jeunes sahraouis sont :
- Mr. Khalid BALLA, (frère de l’ex-détenu politique sahraoui Sidi Mohamed BALLA)
- Mr. Mahmoud ELMOUSSAOUI, qui avait qui avait été arrêté hier au quartier Maatallah
- Mr. Mohamed Salem ELFILALI
En outre, les citoyens sahraouis qui avaient été arrêté hier, jeudi 14 juin 2007, au quartier Maatallah, suite à la manifestation qui eu lieu dans ce quartier, ont été libéré et plusieurs d’entre eux confirment avoir été torturé. Cette fois-ci d’ancienne forme de torture ont été utilisé telles que ‘la poule grillée’ et ‘l’avion’.
En relation avec les évènements d’hier, jeudi 14 juin, l’asvdh avait diffusé une information sur l’arrestation du correspondant de l’Associated Press, Mr. John THORN. Ce dernier, qui n’était pas joignable par son téléphone au moment de l’information, a confirmé ultérieurement qu’il effectivement arrêté et interrogé pendant cinq minutes au quartier Matallah et a été libéré après avoir répondu aux questions des agents de la police marocaine.
A Dakhla, deux jeunes sahraouis ont été arrêtés hier, jeudi 14 juin 2007, suite à une manifestation qui a eu lieu dans cette ville. Mr. Merabih ABOU SEIF, 17 ans, qui a été sauvagement tabassé et libéré ce matin, et Mr. Sidi Ould Elhafed, libéré après six heures de détention.

  1. Lire la suite... »




Maroc et Sahara occidental. Les manifestants accusés d’avoir critiqué la monarchie doivent être libérés

13062007

  

AI

AMNESTY INTERNATIONALDéclaration publique
Index AI : MDE 29/008/2007 (Public)
Bulletin n° : 106
ÉFAI
11 juin 2007

Dans une lettre envoyée ce lundi 11 juin aux autorités marocaines, Amnesty International demande la libération immédiate et inconditionnelle de sept membres de l’Association marocaine des droits humains (AMDH), qui ont été condamnés à des peines d’emprisonnement sévères pour avoir participé à des manifestations non violentes au cours desquelles des slogans critiquant la monarchie ont été scandés.

Les sept hommes avaient été arrêtés par la police à Agadir et Ksar el Kebir après avoir participé à des manifestations pour marquer la Journée internationale des travailleurs, le 1er mai 2007. Ils ont été jugés et reconnus coupables d’atteinte à la monarchie, en raison semble-t-il du contenu de slogans scandés lors des manifestations. Amnesty International considère ces hommes comme des prisonniers d’opinion, incarcérés uniquement pour avoir participé à des manifestations pacifiques au cours desquelles des opinions ont été exprimées de manière non violente.

L’organisation est également préoccupée par les informations selon lesquelles les procès de ces hommes ne se sont pas déroulés dans le respect des normes internationales d’équité. Certains des accusés ont allégué qu’ils avaient été maltraités au moment de leur arrestation et menacés pendant les interrogatoires ; des avocats de la défense n’auraient pas pu appeler des témoins à la barre pendant les procès.

Amnesty International a aussi exprimé dans ce courrier son inquiétude quant au fait que dix autres membres de l’AMDH ont été arrêtés le 5 et 6 juin à Beni Mellal, après avoir participé à un sit-in en solidarité avec les sept hommes jugés. Également inculpés d’atteinte à la monarchie, en raison aussi semble-t-il de la teneur des slogans scandés pacifiquement pendant le sit-in, ces membres de l’AMDH doivent comparaître en justice mardi 12 juin. Neuf d’entre eux ont été libérés sous caution, mais le dixième, Mohamed Boughrine, âgé de soixante-douze ans, est toujours détenu. Tous risquent d’être condamnés à plusieurs années d’emprisonnement. Amnesty International appelle les autorités marocaines à abandonner les charges retenues contre ces personnes, qui n’ont fait qu’exercer leur droit à la liberté d’expression et d’association.

Complément d’information
Après les manifestations du 1er mai, Mehdi Berbouchi et Abderrahim Karrad ont été arrêtés à Agadir tandis que Thami Khyati, Youssef Reggab, Oussama Ben Messaoud, Ahmed Al Kaateb et Rabii Raïssouni étaient arrêtés à Ksar El Kebir. Jugés au mois de mai, tous ces hommes ont été reconnus coupables d’atteinte à la monarchie et condamnés à de lourdes amendes accompagnées de peines allant de deux à trois ans d’emprisonnement.

Des sit-in de solidarité avec ces hommes ont été organisés par des militants de la société civile dans plusieurs villes du Maroc. À la suite d’un sit-in à Beni Melllal le 5 juin, Abdelkbir Rabaaoui, Abass Abbassi, Mohamed Fadel, Abdelaziz Timor, Brahim Ahansal, Smaïn Amrar, Mohamed Bougrine, Abderrahmane Aaji, Mohamed Yousfi et Nabil Cherqui ont été à leur tour arrêtés par la police. Ils ont fait l’objet des mêmes chefs d’inculpation.

L’ensemble de ces manifestations s’est déroulé de manière pacifique. Les slogans qui critiquaient le régime monarchique au Maroc, en demandant par exemple la «fin des tabous» et «plus de liberté», ont été scandés sans violence aucune. Au cours des dernières années, plusieurs personnes, dont des journalistes et des militants politiques, ont été poursuivies, et dans certains cas condamnées à des peines d’emprisonnement, pour avoir exprimé de manière pacifique leur point de vue sur la monarchie, un sujet «tabou» dans de nombreux débats.




AFRAPEDESA. Associación de Familiares de Presos y Desaparecidos Saharauis

5062007

AFRAPEDESA. Associación de Familiares de Presos y Desaparecidos Saharauis dans Sàhara campamento1




Bandera Sahrauí, Bandera de la Libertad

4062007

Bandera Sahrauí, Bandera de la Libertad dans Sàhara Western-Sahara_flags




Par Tiris, par la terre des saharauis livres. PAR L’INDÉPENDANCE DE LA RASD

3062007

Par Tiris, par la terre des saharauis livres. PAR L'INDÉPENDANCE DE LA RASD  dans Sàhara VistesdesdelaCova4

 

VistesdesdelaCova3 dans Sàhara

 




Lettre du CORELSO aux partis politiques

3062007

CORELSO (Comité pour le Respect des Libertés et des Droits humains au Sahara Occidental

Forum Social Ivryen 10, Promenée Gérard Philipe 

94200 – IVRY-SUR-SEINE 

Paris le 29 mai 2007 Lettre au Partis politiques présentant 

des candidats aux élections législatives Madame, Monsieur, 

Votre parti a décidé de présenter des candidats aux élections législatives qui, s’ils sont élus, auront à débattre de la politique étrangère de la France. Nous voudrions attirer votre attention et connaître votre position sur la question du Sahara occidental qui concerne la France au premier chef, d’abord comme membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies mais aussi en raison de ses liens privilégiés avec le Maroc. 

Comme vous le savez, le territoire du Sahara occidental est occupé depuis 1975 par le Maroc en toute illégalité, comme l’a confirmé la Cour Internationale de Justice de la Haye qui ne reconnait “aucun lien de souveraineté territoriale entre le Sahara occidental et le Maroc”. En 1991, le Maroc et le Front Polisario, ont accepté, sous les auspices des Nations unies, un cessez-le-feu puis l’organisation d’un référendum d’autodétermination. Depuis cette date, le Maroc refuse de respecter ses engagements et multiplie les manœuvres dilatoires pour empêcher la mise en œuvre du plan des Nations unies qui a été adopté dans son intégralité par le Front Polisario. La résolution 1754, adoptée le 30 avril 2007 par le Conseil de sécurité, n’a pas retenu le plan marocain d’autonomie comme base de règlement du conflit et a réaffirmé le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui. 

Le CORELSO (Comité pour le Respect des Libertés et des Droits humains au Sahara occidental), qui s’est créé en décembre 2005 pour protester contre les violations des droits de l’homme dans les territoires occupés et réclamer le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui, estime que les partis politiques, les élus peuvent contribuer à faire jouer à la France un rôle constructif dans la résolution de ce conflit qui dure depuis 1975. Pour permettre à nos adhérents et amis de prendre connaissance de vos analyses et propositions, nous vous soumettons ces questions relatives à la situation au Sahara occidental: 

1) La France étant membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, quelles mesures devraient être mises en œuvre pour: -mener à terme le processus de décolonisation du Sahara occidental à travers l’organisation d’un référendum d’autodétermination permettant au peuple 

sahraoui de décider librement de son avenir - faire pression sur le Maroc pour qu’il respecte ses engagements 

- empêcher la prospection et l’exploitation des ressources naturelles du Sahara occidental 2) La France ayant des obligations en tant que partie à la IVème Convention de Genève, quelles sont vos propositions pour: 

- contraindre le Maroc à arrêter sa politique de répression dans les territoires occupés, à reconnaître aux habitants sahraouis la liberté d’information, d’association, de manifestation et de circulation et à lever le véritable état de siège militaire et médiatique imposé au Sahara occidental - obtenir la libération des prisonniers politiques sahraouis 

3) A l’issue d’une mission dans les territoires occupés du Sahara occidental en mai 2006, le Haut commissariat des Droits de l’Homme des Nations unies a qualifié la situation des droits de l’homme de “très critique” et appelé à “permettre au peuple sahraoui de s’exprimer en toute liberté sur l’avenir de son pays”. Pour mettre un terme à cette répression, qui vise notamment les défenseurs sahraouis des droits de l’homme, comptez-vous proposer d’étendre les compétences de la MINURSO à la protection des populations civiles sahraouies des territoires occupés et au respect de leurs droits fondamentaux. 4) La France étant membre fondateur de l’Union européenne qui a signé un accord d’association et un accord de pêche avec le Maroc, que proposez-vous pour: 

- un plus grand engagement de l’Union européenne, qui a des relations privilégiées avec le Maroc, pour permettre au peuple d’exprimer son droit à l’autodétermination - le retrait de la signature de la France de l’accord de pêche qui n’est pas conforme au droit international 

- l’interdiction des ventes d’armes au Maroc - l’interdiction aux gouvernements et aux sociétés d’exploiter les ressources naturelles du Sahara occidental et de les importer 

5) Pour sensibiliser les parlementaires à la question sahraouie, allez-vous inciter les députés de votre parti qui seront élus à participer à la création et au fonctionnement d’un groupe d’études parlementaire sur le Sahara occidental En vous remerciant de l’attention que vous voudrez bien apporter à ces questions et de vos réponses qui seront portées à la connaissance de nos adhérents et amis et restant à votre disposition, nous vous prions d’agréer l’expression de nos meilleures salutations. Aline Pailler et Ennaâma Asfari 

co-présidents du CORELSO







LULLY CONSEIL : de vins, de... |
le blog du savoir |
Actus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Andalousie
| Nemanor
| Nehemiah The Story