• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 24 septembre 2007

Des ONG sahraouies dénoncent le transfert abusif du prisonnier politique sahraoui El Ouali Amidan vers Taroudant

24092007

El Aaiun (territoires occupés), 24/09/2007 (SPS) Le Collectif des défenseurs sahraouis des droits humains (CODESA) et le Comité contre la torture à la ville de Dakhla occupée ont dénoncé le transfert par la force du prisonnier politique sahraoui, El Ouali Amidan de la Carcel negra d’El Aaiun (Sahara Occidental) vers la prison de Taroudant (Maroc), ont indiqué les deux ONG dans des communiqués parvenus à SPS. 

Les deux ONG ont condamné « énergiquement » l’enlèvement du prisonnier politique sahraoui, Ouali Amidan, enlevé dans la nuit du vendredi à samedi par les forces de répression marocaines depuis sa cellule à la Carcel negra (prison noire d’El Aaiun où il menait une grève de la faim depuis plus d’une semaine, réclamant son droit de poursuivre ses études à l’intérieur de la prison. 

La victime est membre du Collectif des défenseurs des droits de l’Homme au Sahara Occidental (CODESA), et ex prisonnier politique sahraoui, a été arrêté en raison de ses activités de défense des droits humains au Sahara Occidental et ses participations aux manifestations réclamant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination. 

M. Amidan a été enlevé et soumis aux différentes formes de tortures en octobre 2006 par les services de renseignements marocains et depuis lors, il purge une peine de 5 ans.  

Il avait été arrêté auparavant en août 2005 parmi un groupe de prisonniers politiques et condamné à un an de prison ferme avant d’être libéré en mars 2006. Il avait mené une grève de la faim pendant 51 jours, cette grève lui a coûté une opération chirurgicale au niveau des intestins, rappelle-t-on. 

Les deux ONGs sahraouies ont qualifié cet acte « d’inhumain et dégradant » commis par les forces de répression marocaines contre les civils sahraouis, notamment les activistes sahraouis des droits humains, a ajouté le texte. 

Elles ont en outre appelé à la libération « immédiate et sans conditions » des activistes et prisonniers politiques sahraouis qui se trouvent encore dans les prisons marocaines. 

Les deux organisations ont enfin, lacé un appel « pressant » en direction des organisations internationales de défense des droits de l’Homme, afin d’intervenir auprès du Maroc pour mettre un terme aux violations « flagrantes des droits humains et des libertés » dans les territoires occupés du Sahara Occidental. 

Pour sa part, le Comité sahraoui pour le référendum au Sahara Occidental (CSRSO) a dénoncé l’enlèvement de cet activiste sahraoui des droits humains et a appelé à la libération « prompte » des prisonniers politiques et défenseurs sahraouis des droits humains qui se trouvent dans une situation « critique » dans les prisons marocaines. (SPS) 







LULLY CONSEIL : de vins, de... |
le blog du savoir |
Actus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Andalousie
| Nemanor
| Nehemiah The Story