• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 30 septembre 2007

Le Sahara Occidental á FRANCE LIBERTÉS, FONDATION DANIELLE-MITERRAND

30092007

 

24 septembre 2007 

France libertés, Fondation Danielle-Mitterrand

 

Monsieur le Président, 

France libertés, Fondation Danielle-Mitterrand considère que le  déni massif des droits de l’homme  résultant  de l’agression et des conflits, aux conséquences si tragiques pour les peuples requiert l’attention et l’engagement résolu du Conseil qui a le devoir impérieux de défendre, d’encourager et de promouvoir le respect des droits humains. 

Au Sahara Occidental, la situation dramatique des  droits humains, déjà profondément mise à mal par les dures épreuves des trente deux dernières années d’occupation marocaine, s’est considérablement aggravée du fait de la persistance des violations massives et systématiques des violations des droits de l’homme qui ont affecté, au plus haut point, toutes les franges de la population sahraouie. 

Le bouclage du territoire sahraoui par le Maroc, qui a rendu son accès quasiment impossible aux médias, aux observateurs indépendants, aux délégations parlementaires et aux représentants de la société civile, notamment espagnole, est une pratique éhontée qui a abouti à des restrictions à la liberté de mouvement et à la négation des droits économiques, sociaux et culturels comme le droit au travail. Les autorités marocaines ne ménagent aucun effort pour pousser les jeunes sahraouis,  qui revendiquent régulièrement et pacifiquement le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, à l’immigration clandestine par le biais de filières mafieuses. 

Des centaines de personnes  ont été victimes d’arrestations arbitraires. Un très grand nombre d’entre eux, dont des prisonniers d’opinion, sont détenus sans inculpation ni jugement ou condamnés à des peines d’emprisonnement à l’issue de procès iniques.  La torture et les mauvais traitements de prisonniers sont encore des pratiques courantes et les centaines de disparitions forcées  constituent des violations  flagrantes du droit international général et des conventions internationales ratifiées par le Maroc. 

Les défenseurs sahraouis des droits humains constituent une cible de choix pour les autorités marocaines qui n’ont cessé, au cours des dernières années, de multiplier les mesures d’intimidations à leur encontre. A l’heure qu’il est, ils font toujours  l’objet d’arrestations et d’enlèvements arbitraires.  

Dans des prisons, souvent exigus insalubres, les forces de sécurité marocaines n’hésitent pas, comme l’attestent de nombreux témoignages des organisations des droits de l’Homme, à faire un usage généralisé et systématique de la torture y compris contre des mineurs qui, comme le jeune Lembarki, y ont trouvé la mort.  

Nous ne pouvons clore notre intervention, Monsieur le Président, sans réclamer de votre respectable Conseil, la fin des violations physiques, pratique exercée à grande échelle par les forces de sécurité marocaines à l’encontre des activistes des droits de l’homme sahraouis, la libération inconditionnelle et immédiate  des dizaines de prisonniers politiques sahraouis qui croupissent dans des conditions inhumaines, notamment à la prison noire d’El Aiun, l’éclaircissement du sort des centaines de disparus dont les 15 jeunes disparus depuis décembre 2005 dans des conditions plus qu’obscures,  et enfin la création d’un mécanisme international de suivi sur la situation des droits de l’homme au Sahara Occidental. 

Je vous remercie.




Daha Rahmouni: Témoignage sur la grave situation qui prévaut au Sahara Occidental, au conseil des droits de l’homme à Genève

30092007

congress

Daha Rahmouni: Membre de l’Association Sahraouie des Victimes des Violations Graves des droits de l’Homme Commises par l’Etat du Maroc .ASVDH.

Je tiens, en premier lieu, à remercier le Bureau International pour le Respect des Droits de l’Homme au Sahara Occidental (BIRDHSO) ainsi que toutes les organisations non gouvernementales des droits de l’Homme ici présentes pour leurs inlassables efforts déployés pour promouvoir le respect des droits de l’Homme au Sahara Occidental, secourir les défenseurs sahraouis des droits humains, faire la lumière sur le sort des centaines de disparus sahraouis et obtenir la libération de tous les prisonniers de conscience sahraouis.

daha

Daha RAHMOUNI : Je suis membre de l’Association Sahraouie des victimes des violations graves des droits de l’homme commises par l’Etat marocain (ASVDH), une association qui, à l’instar d’autres associations et organisations sahraouies des droits de l’Homme, a été arbitrairement empêchée par les autorités marocaines d’exercer ses activités pacifiques en faveur des nombreux disparus et prisonniers politiques. Soucieuse d’exercer ses activités pacifiques au grand jour et en conformité avec la loi, l’ASVDH a présenté une demande de légalisation en bonne et due forme aux autorités marocaines qui n’a jamais pu aboutir car, comme le relève Amnesty International dans un communiqué rendu public, le 08 mars 2007, « la procédure n’a pu être achevée en raison de ce qui apparaît, manifestement, comme une suite d’obstacles administratifs à motivation politique ».

congressLa liberté d’association et d’expression, le droit à des procès équitables pour les accusés, l’indépendance et l’impartialité de la justice qui sont, entre autres fondements, les caractéristiques de l’Etat de droit, sont des droits déniés aux Sahraouis dont le pays, le Sahara Occidental, a été illégalement occupé par une puissance étrangère, le Royaume du Maroc.

Depuis l’occupation du Sahara Occidental par le Maroc, les violations des droits civils et politiques commises par celui-ci ont contribué au climat de grande frustration qui s’est installé au cours de ces décennies. Les souffrances, l’insécurité, la régression à tous les niveaux, le climat de tension sciemment entretenu par les autorités d’occupation marocaines, ont engendré peur et terreur et installé la population civile sahraouie dans un deuil qui n’en finit pas.

En dépit de l’interdiction qui frappe les associations et différentes ONG sahraouies dont le travail consiste à recueillir les informations en relation avec les violations des droits de l’homme et à demander justice pour les sahraouis, soumis à des disparitions forcées, plusieurs organisations de défense des droits de l’homme dénoncent périodiquement la persistance déplorable des violations des droits de l’homme au Sahara Occidental. C’est le cas, par exemple d’ Amnesty international , Human Rights Watch, Freedom House, l’organisation Mondiale contre
la Torture, Reporters sons Frontières, ainsi que d’autres institutions de l’ONU comme le Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme qui, dans son rapport de mission (15/23 Mai et 19 Juin 2006), fait état de la politique de violation systématique des droits de l’Homme, menée par le Maroc contre les populations civiles vivant sous le joug de son occupation, et qui avait conclu dans ses recommandations que « les violations des droits de l’Homme, perpétrées contre le peuple du Sahara Occidental découlent de la non application du droit humain fondamental qu’est le droit à l’autodétermination ».

Les violations des droits de l’homme au Sahara Occidental ne se limitent pas aux atteintes décrites dans les paragraphes précédents. En effet, les autorités marocaines continuent de limiter considérablement le mouvement des citoyens sahraouis. Plusieurs sites web sont bloqués, et les interdictions frappent la distribution des livres mais aussi toutes sortes de publications.

Les autres sujets d’inquiétude comprennent les restrictions au mouvement des défenseurs sahraouis des droits de l’homme et la surveillance policière généralisée en plus de l’intimidation et l’interception des communications.

Cet état de fait démontre, si besoin est, que la façade de « démocratie » présentée à l’étranger par le Maroc ne saurait cacher les graves atteintes à la liberté d’expression et les violations systématiques des droits de l’homme qui, depuis le 21 mai 2005, date du déclenchement des manifestations pacifiques, ont pris un caractère institutionnalisé à l’encontre de tous ceux qui réclament le droit à l’autodétermination, et singulièrement les défenseurs sahraouis des droits humains. Les prisonniers politiques sahraouis ont également payé, parfois de leur vie, la répression qui sévit dans le territoire. Ainsi, plusieurs d’entre eux vivront malheureusement avec des séquelles et des maladies contractées dans les prisons et les divers centres de détentions secrets au Maroc

Le territoire sahraoui où sont commis ces dépassements est totalement isolé des médias car plusieurs délégations composées de journalistes, parlementaires et ONG n’ont pas été autorisées à y entrer pour constater, de visu, ce qui s’y passe. C’est le cas pour des dizaines de délégations espagnoles, dont des parlementaires et des représentants de la société civile, une délégation norvégienne, et dernièrement la délégation ad hoc du parlement européen.

Devant une telle situation et l’urgence de son traitement, les Nations Unies doivent élargir, sans tarder, les prérogatives de
la MINURSO à la protection des civils sahraouis dans les territoires occupés.
La Communauté internationale est appelée, quant à elle, à déployer tous les outils politiques nécessaires afin de s’assurer que les médias, les organisations de défense des droits de l’homme et les observateurs internationaux puissent accéder librement au Sahara Occidental.

Je vous remercie de votre attention.

Genève, 24.09.07







LULLY CONSEIL : de vins, de... |
le blog du savoir |
Actus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Andalousie
| Nemanor
| Nehemiah The Story