• Accueil
  • > Sàhara
  • > Le Sahara Occidental á FRANCE LIBERTÉS, FONDATION DANIELLE-MITERRAND

Le Sahara Occidental á FRANCE LIBERTÉS, FONDATION DANIELLE-MITERRAND

30 09 2007

 

24 septembre 2007 

France libertés, Fondation Danielle-Mitterrand

 

Monsieur le Président, 

France libertés, Fondation Danielle-Mitterrand considère que le  déni massif des droits de l’homme  résultant  de l’agression et des conflits, aux conséquences si tragiques pour les peuples requiert l’attention et l’engagement résolu du Conseil qui a le devoir impérieux de défendre, d’encourager et de promouvoir le respect des droits humains. 

Au Sahara Occidental, la situation dramatique des  droits humains, déjà profondément mise à mal par les dures épreuves des trente deux dernières années d’occupation marocaine, s’est considérablement aggravée du fait de la persistance des violations massives et systématiques des violations des droits de l’homme qui ont affecté, au plus haut point, toutes les franges de la population sahraouie. 

Le bouclage du territoire sahraoui par le Maroc, qui a rendu son accès quasiment impossible aux médias, aux observateurs indépendants, aux délégations parlementaires et aux représentants de la société civile, notamment espagnole, est une pratique éhontée qui a abouti à des restrictions à la liberté de mouvement et à la négation des droits économiques, sociaux et culturels comme le droit au travail. Les autorités marocaines ne ménagent aucun effort pour pousser les jeunes sahraouis,  qui revendiquent régulièrement et pacifiquement le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, à l’immigration clandestine par le biais de filières mafieuses. 

Des centaines de personnes  ont été victimes d’arrestations arbitraires. Un très grand nombre d’entre eux, dont des prisonniers d’opinion, sont détenus sans inculpation ni jugement ou condamnés à des peines d’emprisonnement à l’issue de procès iniques.  La torture et les mauvais traitements de prisonniers sont encore des pratiques courantes et les centaines de disparitions forcées  constituent des violations  flagrantes du droit international général et des conventions internationales ratifiées par le Maroc. 

Les défenseurs sahraouis des droits humains constituent une cible de choix pour les autorités marocaines qui n’ont cessé, au cours des dernières années, de multiplier les mesures d’intimidations à leur encontre. A l’heure qu’il est, ils font toujours  l’objet d’arrestations et d’enlèvements arbitraires.  

Dans des prisons, souvent exigus insalubres, les forces de sécurité marocaines n’hésitent pas, comme l’attestent de nombreux témoignages des organisations des droits de l’Homme, à faire un usage généralisé et systématique de la torture y compris contre des mineurs qui, comme le jeune Lembarki, y ont trouvé la mort.  

Nous ne pouvons clore notre intervention, Monsieur le Président, sans réclamer de votre respectable Conseil, la fin des violations physiques, pratique exercée à grande échelle par les forces de sécurité marocaines à l’encontre des activistes des droits de l’homme sahraouis, la libération inconditionnelle et immédiate  des dizaines de prisonniers politiques sahraouis qui croupissent dans des conditions inhumaines, notamment à la prison noire d’El Aiun, l’éclaircissement du sort des centaines de disparus dont les 15 jeunes disparus depuis décembre 2005 dans des conditions plus qu’obscures,  et enfin la création d’un mécanisme international de suivi sur la situation des droits de l’homme au Sahara Occidental. 

Je vous remercie.


Actions

Informations



Laisser un commentaire




LULLY CONSEIL : de vins, de... |
le blog du savoir |
Actus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Andalousie
| Nemanor
| Nehemiah The Story