• Accueil
  • > Archives pour novembre 2007

 »La France doit se mobiliser davantage pour l’indépendance du peuple sahraoui »

16112007

Paris, 11/11/2007 (SPS) Le président de l’Association française des amis de la RASD (AA-RASD), M. Francis Jacob, a souligné samedi que « la France doit se mobiliser davantage pour l’indépendance du peuple sahraoui ».

« Nous avons aujourd’hui affirmé notre intention de renforcer dans toutes les villes de France les rangs des amis du peuple sahraoui en lutte pacifique pour son indépendance », a déclaré à l’APS M. Jacob, à l’issue de l’assemblée générale annuelle de son ONG qui s’est tenue à Vitry, en région parisienne.

« Dans toutes les villes, partout où nous le pourrons, nous allons sensibiliser l’opinion publique française autour de la question sahraouie, question qui ne peut se poser qu’en termes de décolonisation », a-t-il poursuivi, soulignant que « là est le fond du problème » et que, en conséquence, « là est la clé de la solution ».

« La France ne peut ignorer le souci du Front Polisario, mandaté par le peuple sahraoui pour mener à terme le processus de libération nationale », a-t-il ajouté, indiquant que les activités de l’AA-RASD viseront à aiguiser « la prise de conscience autour des réalités du Sahara Occidental », vu comme le dernier pays africain à être encore colonisé.

De son côté, la Secrétaire générale de cette ONG, Mme Régine Villemont, a évoqué « le paradoxe de la répression accentuée contre le peuple sahraoui dans les territoires occupés » alors que les Nations Unies appellent à des négociations directes, sans conditions préalables, entre le Front Polisario et le Maroc.

« La toute dernière résolution des Nations Unies a réaffirmé le droit du peuple sahraoui à son autodétermination, et c’est cela qui doit servir de seule base à toute négociation » entre les deux parties en conflit, a-t-elle dit.

Mme Villemont a indiqué que l’AG de l’AA-RASD, qui a évoqué la situation dans les territoires sahraouis occupés et soutenu la résolution onusienne, a décidé de « déployer davantage » le dispositif de sensibilisation et de mobilisation autour de la question sahraouie, « en direction des médias français, des élus, des partis politiques, ainsi que des touristes qui ont l’intention de visiter cette région ». « L’urgence de la situation nous impose de nous mobiliser encore plus », a-t-elle affirmé.

Le maire de Vitry, M. Audoubert Alian, a ouvert l’AG de l’AA-RASD à laquelle a également participé la maire adjointe chargée des relations internationales de Le Mans, une ville jumelée avec la ville sahraouie Haouza.

Le Consul d’Algérie à Vitry, M. Rachid Hadbi, et un représentant de l’ambassade d’Algérie en France, ont été invités à ce forum qui a regroupé une centaine de personnes. (SPS)




Report de deux procès des détenus politiques sahraouis au 27 novembre

15112007

El-Ayoune – Sahara Occidental, mercredi 15 novembre 2007

La cour de deuxième degré, à El-Ayoune, a décidé, hier mardi 14 novembre 2007, de reporter le procès des détenus politiques sahraouis, Mr. Mouloud BARKOUH, Mr. Ahmed BARKOUH et Mr. Khellihenna DLEIMI, au 27 novembre. Nous rappelons que ces trois détenus politiques sahraouis avaient été arrêtés à Smara juin dernier et incarcérés à la prison noire d’El-Ayoune. En outre, quatre observateurs espagnols ont assisté à ce procès.

De même, le procès du président de la section de l’asvdh, à Boujdour, Mr. Mohamed TAHLIL, a été également reporté au 27 novembre prochain par la cour d’appel d’El-Ayoune, suite à la demande de la défense. Nous rappelons que la cour d’appel avait désigné le 20 novembre comme date du procès.




Plus d’une vingtaine de personnes arrêtées et torturées dans des manifestations à El Aaiun et Smara

11112007

El Aaiun (territoires ocupes), 10/11/2007 (SPS) Plus d’une vingtaine de personnes ont arrêtées et torturées dans des manifestations pacifiques qui se sont déroulées vendredi à El Aaiun et Smara, réclamant la libérations des prisonniers politiques sahraouis et le respect du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance, selon des communiqués de plusieurs associations de défense de droits humains sur place.

 

 

 

 

Une douzaine de ces personnes ont été arrêtées au cours d’une intervention musclée de la police marocaine dans le quartier Al Inaach d’El Aaiun, qui a laissé six autres personnes gisantes dans la rue, ont indiqué les mêmes sources, précisant que parmi les détenus-blessées se trouvent la mère et les sœurs d’un prisonnier politique sahraoui, EL Ouali Ameidan, incarcéré dans la tristement célèbre « Carcel negra » (prison noire) d’El Aaiun.

 

 

Parmi les personnes arrêtées, les communiques citent également Gheina Bouhah qui venait de transmettre un dossier accablant sur les violations des droits humains au Sahara Occidental à une commission de Human Right Watch, actuellement en visite dans le territoire sahraoui occupé et font état de la destruction des biens de plusieurs domiciles de Sahraouis.

A Smara, la capitale spirituelle sahraouie sous occupation marocaine, les citoyens sahraouis ont distribué des tracts et écrit des slogans reflétant leur rejet de l’occupation coloniale de leur pays et ont exigé le départ de l’occupant au cours d’une manifestation pacifique qui s’est soldé par l’arrestation de quatre jeunes sahraouis, dont l’un d’eux se trouve hospitalisé suite aux blessures sévères qu’il a contractées au cours des interrogatoires dans les locaux de la police de la ville, a-t-on indiqué de même source. (SPS)

 

 




Répression d’un sit-in à El-Ayoune et interdiction de Mme. DJIMI de participer à la plateforme de Frontline

11112007

Les forces répressives marocaines ont violement réprimé, aujourd’hui, vendredi 9 novembre 2007, un sit-in organisé par les citoyens sahraouis, au quartier Linaache, vers 13 GMT. Les agents de police ont envahis et saccagé plusieurs maisons, dont la maison de la famille AMIDANE et celle d’AHL KOUIRINA. Plusieurs arrestations ont également été enregistrées ainsi que plusieurs blessés. Mme Aghlana BRAHAH, Mme Fatma AMIDANE et ses deux filles (Mallak et Meima) ont été conduites vers le commissariat de police avec un autre groupe d’enfant et de femme.

Et dans le contexte de la répression marocaine contre les citoyens sahraouis et les défenseurs des droits humains, Mme Elghalia DJIMI a été interdite, aujourd’hui 9 novembre 2007, de quitter le Sahara Occidental en lui refusant son congé. Mme DJIMI était invité à participer à la quatrième plateforme de Dublin pour les défenseurs des droits de l’homme, organisé par l’association Irlandaise pour la protection des défenseurs des droits de l’homme « Frontline » entre le 22 et 24 novembre. Le directeur provincial de l’agriculture à El-Ayoune avait aussi refusé à Mme DJIMI son congé et l’autorisation de quitter le territoire le 15 novembre 2007. L’interdiction de Mme DJIMI s’inscrit dans le contexte d’intimidations et de restrictions que l’Etat marocain impose aux membres de l’ASVDH. Nous rappelons à cet égard que trois des membres de l’ASVDH sont actuellement en prison (Mr. Brahim SABBAR, Mr. Ahmed SBAI et Mr ; Mohamed TAHLIL) alors que Mr. Sadik BOULLAHI vient d’être condamné à six mois de prison ferme et 5000 dhs d’amende pour constitution d’une association non autorisée. Nous rappelons aussi que les autorités marocaines refusent toujours de reconnaître cette association.
El-Ayoune – Sahara Occidental, vendredi 9 novembre 2007
Posted by asvdh




La répression contre le peuple sahraoui ne favorise pas les négociations directes entre le Polisario et le Maroc (Média)

9112007

Paris, 09/11/2007 (SPS) La poursuite de la répression contre le peuple sahraoui « ne contribue pas à créer un climat favorable aux négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario », a souligné jeudi M. Jean Lemarec, membre du Comité pour les respect des libertés et des droits humains au Sahara Occidental (CORELSO), dans une tribune de presse publiée par ‘’Rougemidi’’.

« Ces derniers mois, le Maroc a profité que les regards étaient tournés vers la table des négociations entre sa délégation et celle du Front Polisario pour intensifier ses mesures répressives contre la population sahraouie des territoires occupés », écrit M. Jean-Paul Lemarec, dans une tribune de presse titrée « La carotte et le bâton ».  

« Toutes les manifestations, le plus souvent à l’initiative des jeunes, pour réclamer l’autodétermination et l’indépendance sont violemment réprimées par les forces d’occupation » marocaines, a-t-il poursuivi, relevant que les « arrestations, emprisonnements, enlèvements, tortures, maisons dévastées sont le lot quotidien des Sahraouis ».  

Il a aussi noté que l’on « assiste même au retour des « disparitions forcées » : depuis des mois, quinze jeunes ont disparu et leurs parents sont sans nouvelles. Cet été, le nombre de prisonniers politiques sahraouis a doublé et les procès se multiplient contre les défenseurs des droits de l’homme ».

« Leur seul tort était de revendiquer le retrait de l’occupation marocaine et l’autodétermination du peuple sahraoui en manifestant pacifiquement sur la voie publique ou de distribuer des tracts pour le boycott des élections législatives jugées illégales dans un territoire sous occupation coloniale », a-t-il souligné.

« Les nombreuses associations créées par la société civile sahraouie contre les violations des droits de l’homme, pour le respect du droit à l’autodétermination et pour la protection des ressources naturelles sont interdites », a-t-il déploré, précisant que « c’est ainsi que les autorités d’occupation ont interdit au « Collectif des défenseurs sahraouis des droits de l’homme » (CODESA) de tenir son congrès constitutif à El Aaiun le 7 octobre ».

Il a ajouté que les autorités marocaines maintiennent « un véritable huis clos sur le Sahara Occidental occupé en empêchant ou en refoulant des délégations d’observateurs ou de journalistes ».  

M. Lemarec a relevé que « cette situation, à deux heures d’avion de Paris, n’a pas l’air d’émouvoir les grands médias occidentaux, ni les « intellectuels » qui se disent soucieux des droits de l’homme ».

Mais il a relevé que « les échos de cette répression sont toutefois parvenus à Genève pendant la réunion du Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies ».

M. Lemarec a précisé que « grâce aux organisations qui leur ont cédé leur temps de parole (France Libertés, Union Internationale de la Jeunesse Socialiste, Fédération Mondiale de la Jeunesse Démocratique), des défenseurs sahraouis des droits de l’homme ont pu dénoncer cette répression et confirmer les observations déjà faites en mai 2006 par la mission du Haut-commissariat des Nations unies pour les droits de l’homme (dont le rapport n’est toujours pas rendu public) ».

Le militant des causes justes en a déduit que « la poursuite de la répression ne contribue pas à créer un climat favorable aux négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario qui ont démarré en juin 2007 sous l’égide des Nations unies ».

« La base de la négociation n’est pas le projet marocain d’autonomie mais la résolution 1754 adoptée par le Conseil de sécurité des Nations unies le 30 avril 2007 qui réaffirme clairement le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination  qui est un des droits fondamentaux de l’Homme garanti par la Charte des Nations unies », a rappelé M. Lemarec.

Toutefois, a-t-il relevé, « pour le moment, c’ est un dialogue de sourds » car « comme il le fait depuis le cessez-le-feu de 1991, le Front Polisario respecte la légalité internationale et demande l’application des résolutions des Nations unies » alors que « le Maroc continue de s’accrocher à son projet d’autonomie ».

Il a aussi noté que « à l’Assemblée générale des Nations unies, de nombreuses délégations nationales sont intervenues pour que les négociations aboutissent à un accord conforme à la légalité internationale permettant au peuple sahraoui de se prononcer sur son avenir, librement et sans contrainte, à travers un référendum d’autodétermination ».

« La 4ème commission des Nations unies a commencé ses travaux le 7 octobre en marge de l’Assemblée générale avec à l’ordre du jour la décolonisation du Sahara Occidental, dernière colonie en Afrique », a-t-il rappelé.

Il a également noté que « d’ici décembre, les actions doivent se développer auprès des instances internationales, des Gouvernements de l’Union européenne (notamment de la France) pour que le Maroc respecte enfin ses engagements internationaux pour le respect du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui et mette un terme à la répression dans les territoires occupés ».

« De ce point de vue, il est indispensable que les compétences de la Mission des Nations unies au Sahara occidental (MINURSO), qui a été mise en place pour faire respecter le cessez-le-feu, soient élargies à la protection et à la sécurité des populations sahraouies des territoires occupés », a-t-il conclu. (SPS)




Le Gouvernement sahraoui condamne avec fermeté la position « obstinée » du roi du Maroc

9112007

 

 

Alger, 07/11/007 (SPS) Un porte-parole du Gouvernement sahraoui a fermement condamné, mercredi, la position « obstinée » du roi du Maroc Mohamed VI, faisant fi de la légalité internationale exprimée par l’ensemble des résolutions de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité des Nations Unies » sur le Sahara Occidental.

Dans un communiqué dont une copie est parvenue à SPS, le responsable sahraoui a relevé que le roi du Maroc a réitéré mardi lors d’un discours « la violation par l’Etat marocain de la légalité internationale et le reniement de ses engagements, en tentant d’imposer le fait accompli notamment en déclarant que quelle que soit la formule de la solution consensuelle qui émergera de négociations sérieuses, selon une vision stratégique globale, le Maroc, son roi et son peuple, n’accepteront rien d’autre que l’autonomie, dans le cadre d’un Etat uni et unifié ».

Le responsable sahraoui a estimé, par ailleurs, que cette attitude « est contraire à la légalité internationale et s’inscrit dans un contexte d’exacerbation des tensions en s’éloignant du processus de négociations permettant au peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination conformément à la résolution 1754 du Conseil de sécurité ».

Rappelant que la politique du fait accompli « ne saurait acquérir sa légitimité à travers les discours de circonstances et les actes unilatéraux », le porte-parole du Gouvernement a souligné que le meilleur moyen pour surmonter les obstacles demeure « le respect rigoureux et sincère des résolutions internationales et l’adoption d’une vision d’avenir visant la fondation de relations constructives entre les peuples sahraoui et marocain qui contribue à la construction d’un

édifice maghrébin apte à relever les défis induits par les exigences du voisinage

et de la cohabitation pacifique ».(SPS)

 




Six mois de prison ferme contre Mr. SADIK BOULLAHI

6112007

La cour de première instance, à El-Ayoune, a condamné, jeudi 1er Novembre 2007, le membre du bureau exécutif de l’ASVDH, Mr. SADIK BOULLAHI, à six mois de prison ferme et une amende de 5.000.00 DH d’amende. Mr. BOULLAHI avait été chargé par la cour pour création d’une association non autorisée. Plus d’information ici et aussi sur le site d’Amnistie Internationale.Nous rappelons que cette lourde sentence issue d’un jugement illégale (Mr. BOULLAHI n’a pas eu l’occasion de se défendre contre cette accusation) s’inscrit dans le contexte de la politique marocaine visant à bloquer l’ASVDH et son travail en tant qu’association sahraouie des droits humains. La preuve que ce procès est illégale se base sur le verdict de la cour de administrative d’Agadir (sud du Maroc) qui avait donné droit à l’ASVDH suite à une plainte que cette dernière avait porté contre les autorités marocaines.




Agression contre les détenus politiques sahraouis à El-Ayoune

6112007

Samedi 3 novembre 2007
Depuis le 24 octobre 2007, des détenus politiques sahraouis, à la Prison Noire d’El-Ayoune, mènent une grève illimitée de la faim. Mr. Mohamed BOUTABAA, Mr. Abdessalam LOUMADI, Mr. Hassan DAH, Mr. Nafai SAH et Mr. Abdallah ELBOUSSATI, revendiquent leurs droits légitimes en tant que détenus politiques sahraouis (le droit à la visite privée, le droit aux soins et nourriture saine, leur regroupement avec les autres détenus politiques …etc) et dénoncent les conditions inhumaines de leur détention. Les autres détenus politiques ont mené une grève de la faim de 48 heures en solidarité avec les grévistes, entre le 2 et 3 novembre 2007.Au lieu d’ouvrir un dialogue avec ces grévistes et répondre à leurs revendications, l’administration pénitentiaire mène une campagne d’agression contre les détenus politiques sahraouis. Ahmed SBAI (membre de l’asvdh), Mr. Ahamed Mahmoud HADDI Elkainan Mohamed Lehbib ELGASMI et Mr. Elhafed TOUBALI ont été sauvagement agressé hier, vendredi 2 novembre 2007, par une équipe spéciale de garde connue sous le nom de « PARA ». Mr. HADDI a été mis au cachot

Posted by asvdh




Ouverture d’enquête sur les allégations de génocide dans le Sahara occidental occupé par le Maroc

6112007

Haut juge espagnol Baltasar Garzon (gauche) a ordonné l’ouverture d’une enquête sur les allégations de génocide dans le Sahara occidental occupé par le Maroc.Le dossier met également en évidence des crimes contre l’humanité commis par le Maroc depuis son invasion du Sahara occidental, notamment l’usage fréquent de la torture par les autorités marocaines contre les nationalistes sahraouis.Ces charges atteignent les plus hauts niveaux de l’établissement sécuritaire marocain, et dans le palais royal, d’après le journal espagnol El Pais. Le défunt et largement méprisées ministre de l’intérieur, Driss Basri, a été nommé tout comme Yassine Mansouri, proche conseillé du Roi du Maroc Mohammed VI. Le chef des forces armées marocaines, Housni Benslimane, et le chef de la sécurité nationale, Hamidou Lanigri, sont également accusés.Au début de ce mois, un magistrat français a délivré un mandat d’arrêt international contre Benslimane relatif au meurtre du dirigeant de l’opposition marocaine Ben Barka en 1965.MISE A JOUR: voir aussi Associated Press, “juge espagnol d’ouvrir enquête sur les atrocités commises contre soupçonnés d’Afrique du Nord peuple sahraoui” (30 octobre 2007).







LULLY CONSEIL : de vins, de... |
le blog du savoir |
Actus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Andalousie
| Nemanor
| Nehemiah The Story