• Accueil
  • > Recherche : colonisation du sahara

Belkhadem compare la colonisation de l’Algérie à l’occupation du Sahara Occidental

28122008

Chahid El Hafed, 21/12/2008 (SPS) Le Ministre algérien d’Etat et secrétaire général du Front de Libération Nationale (FLN), M. Abdelaziz Belkhadem a comparé l’autodétermination des Algériens en vertu du référendum du 3 juillet 1962, à la revendication de l’autodétermination soulevée par les Sahraouis, mettant « l’occupation Française de l’Algérie et l’occupation du Sahara Occidentale par le Maroc sur le même pied d’égalité ».

M. Belkhadem a dans une déclaration publié par le quotidien algérien indépendant, El Khabar, dans son édition de dimanche, a précisé que « le soutien de l’Algérie à la cause du peuple sahraoui ne compromet pas les relations entre Alger et Rabat ».

« Nous étions sortis d’une guerre féroce contre un colonisateur et nous avons convenus avec ce dernier d’organiser un référendum d’autodétermination, pourquoi donc ne pas souhaiter le même sort à un autre peuple », a-t-il déclaré.

M. Belkhadem a déclaré à ce propos : « nous sommes victimes depuis quelques temps, d’une campagne officielle de nos frères au Maroc, auxquels nous dirons que vous êtes nos frères et que nous ne vous souhaitons que du bien et que nous ne souhaitons que la stabilité et la prospérité au Royaume Marocain ». « …Toutefois, nous dirons à nos frères que si l’Algérie soutient la lutte du peuple Sahraoui, guidé par le Front Polisario, elle le fait par fidélité à ses principes ».

Même après une guerre féroce contre l’envahisseur qui a duré 7 années, et après le sacrifice d’un million et demi de martyrs, l’Algérie a lutté et a convenue avec l’occupant Français d’un référendum pour l’autodétermination de l’avenir des algériens. De ce fait, comment elle n’accepterait pas ce sort aux autres pays », a-t-il déclaré. (SPS)




Appel au Conseil de sécurité de l’ONU à s’opposer aux pratiques coloniales marocaines

31102008

Alger, 29/10/2008 (SPS) Les participants aux travaux de la journée parlementaire sur le thème « droit international, les bases juridiques de l’autodétermination des peuples: cas du Sahara Occidental », ont appelé mardi à Alger le Conseil de sécurité de l’ONU à s’opposer aux pratiques coloniales marocaines.

A la fin des travaux de cette rencontre, les participants ont appelé, dans une déclaration finale, le Conseil de sécurité à « assumer ses responsabilités, à s’opposer aux pratiques coloniales marocaines, à amener le Royaume du Maroc à revenir à la légalité et à appliquer les résolutions onusiennes qui soutiennent la lutte légitime du peuple sahraoui, et de son représentant le Front Polisario, pour recouvrer ses droit nationaux ».

Ils ont, en outre, mis l’accent sur la légitimité des droits des peuples à l’autodétermination, rappelant que « le conflit du Sahara Occidental est pour la communauté internationale une affaire de décolonisation ». Les efforts consentis en vue du règlement de ce conflit visent à « permettre au peuple sahraoui de décider de son destin à travers un référendum libre et transparent », souligne encore le document.

D’autre part, le document a relevé l’importance de cette rencontre entre les parlementaires et les représentants de la société civile qui intervient à la veille de la célébration du 54e anniversaire du déclenchement de la guerre de libération, qui symbolise la lutte de tout un peuple contre le colonialisme, le racisme et le sionisme, et pour la liberté et l’indépendance.

Par ailleurs, les participants n’ont pas manqué l’occasion de saluer « la résistance du peuple sahraoui dans les territoires occupés » tout en mettant en exergue l’action des militants du Front Polisario qui se sont engagés dans les plus rudes circonstances à protéger le droit du peuple sahraoui de décider de son avenir, de jouir de sa souveraineté sur ses territoires et de vivre dans la paix, la dignité et la liberté ».

Cette journée parlementaire a été organisée à l’initiative de la commission des Affaires étrangères, de la coopération et de la communauté de l’Assemblée populaire nationale algérienne (APN) avec la participation de plusieurs juristes, universitaires, élus locaux et représentants de la société civile et des deux chambres du parlement. (SPS)




La Commission onusienne de décolonisation adopte une résolution réaffirmant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination

24102008

Chahid el Hafed, 22/10/2008 (SPS) La Commission des questions politiques spéciales
et de la décolonisation (4ème Commission) de l’Assemblée générale de l’ONU, a adopté lundi avec consensus une résolution réaffirmant le droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination, conformément aux principes énoncés dans la Charte des Nations Unies, appelant à l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux.

La résolution appuie le processus de négociations engagé par la résolution 1754 (2007) et réaffirmé dans les résolutions 1783 (2007) et 1813 (2008) du Conseil de sécurité, « en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental », et loue les efforts déployés à cet égard par le Secrétaire général et son Envoyé personnel.

Elle se félicite de la tenue des 4 rounds de négociations entre le Front Polisario et le Maroc depuis juin 2007 à mars 2008 en présence des pays voisins sous les auspices de l’Organisation des Nations Unies, ainsi que l’engagement des parties au conflit, à continuer de faire preuve de volonté politique et de travailler dans une atmosphère propice au dialogue afin « d’entrer, de bonne foi et sans conditions préalables, dans une phase de négociations plus intensives ».

La résolution invite les parties à coopérer avec le Comité international de la Croix-Rouge et à s’acquitter de leurs obligations au regard du droit international humanitaire.

Elle prie également le Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux de continuer à suivre la situation au Sahara occidental et de lui présenter un rapport sur la question à sa soixante-quatrième session.

La IVème Commission invite le Secrétaire général à lui présenter, à sa soixante-quatrième session, un rapport sur l’application de la présente résolution. (SPS)




‘Tout rapport économique avec le Maroc au Sahara occidental est illégal », averti Khadad

21102008

adrid, 20/10/08 (SPS) Le coordinateur sahraoui avec la Mission de l’ONU pour le référendum au Sahara occidental (Minurso) a averti, lundi que  » tels rapports économiques avec l’occupant marocain est un acte « illégal », estimant que le Sahara occidental est un territoire en attente de décolonisation, a rapporté des sources proches de la Représentation sahraouie à Madrid.

« L’Observatoire international des ressources naturelles du Sahara occidental installé dans plus de 20 pays suit avec attention ce thème, ainsi que le pillage des ressources sahraouies et dénonce toute action devant encourager le Maroc dans son occupation illégale du Sahara Occidental », a-t-il déclaré durant la clôture de la conférence internationale de cet Observatoire, tenu à Madrid en présence des spécialistes dans ce domaine à travers le monde.

Pour sa part, le coordinateur international de l’Observatoire, Javier Garcia a indiqué que le but de cette conférence vise à renouveler les statuts, débats des questions générales de la gestion et les perspectives d’une action future.

Elle vise également à évaluer les activités de l’Observatoire pendant une année de travail, a-t-il ajouté, exprimant ses félicitations aux sociétés étrangères ayant suspendues ses activités au Sahara occidental et ses liens avec le Maroc notamment dans les domaines de la pêche et du pétrole.

M. Garcia a indiqué que son organisation a fixé l’agenda pour l’année prochaine concernant les relations entre le Maroc et l’Union européenne, ainsi que la question de pillage des richesses au Sahara occidental. (SPS)




Les ONG espagnoles en force pour soutenir la cause sahraouie devant la 4ème Commission de décolonisation

8102008

New York, 07/10/2008 (SPS) Une forte délégation espagnole, composée d’une dizaine de représentants de diverses institutions et ONG, se trouve actuellement à New York pour témoigner et soutenir le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui devant la 4ème Commission de décolonisation de l’Assemblée générale des Nations unies, a-t-on appris mardi auprès de plusieurs de ces organisations.

« L’objectif de la participation espagnole est de défendre le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui et dénoncer par la même la paralysie du Plan de paix, comme conséquence de l’obstruction permanente du Maroc », a-t-on précisé de même source.

La délégation espagnole saisira encore une fois cette occasion pour « condamner et dénoncer » le Maroc pour sa « brutale répression contre la population sahraouie au Sahara occidental, qu’il occupe illégalement, et pour le traitement infligé aux prisonniers politiques et activistes sahraouis soumis à toutes sortes de vexations, mauvais traitements et torture ».

En agissant ainsi, le Maroc « continue de violer toutes les conventions internationales sur les droits de l’homme, dont il est pourtant signataire, comme l’ont dénoncé les plus prestigieuses organisations de défenses de ces droits ».

La délégation espagnole a annoncé, par ailleurs, qu’elle mettra à profit sa présence à New York pour rencontrer plusieurs ambassadeurs accrédités auprès des Nations unies, notamment l’ambassadeur d’Espagne.

La 4ème Commission de l’Assemblée générale des Nations unies a entamé lundi à New York son examen annuel de la situation des seize territoires non-autonomes, dont le Sahara occidental, qui occupe habituellement la plus grande partie de ses travaux. (SPS)

020/090/70




Répression sauvage des citoyens sahraouis à Smara occupée: Abdelaziz interpelle Ban Ki-Moon

29092008

Bir Lehlu, 24/09/2008 (SPS) Le Président sahraoui, Mohamed Abdelaziz, a interpellé mercredi le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, à intervenir d’urgence auprès des autorités marocaines pour mettre fin aux violations flagrantes des droits humains dans les territoires occupés du Sahara occidental.

« Nous vous interpellons de la façon la plus urgente, pour assurer la protection totale des vies humaines innocentes et amener le Maroc à arrêter sa répression contre les citoyens sahraouis sans défense dans les territoires occupés du Sahara occidental », a écrit le Président sahraoui dans une lettre adressée à M. Ki-Moon, dont une copie est parvenue à SPS.

Le président de la République a exprimé sa grande préoccupation, attirant l’attention du SG de l’ONU sur les dangers qui se déroulent actuellement dans les territoires occupés du Sahara Occidental, notamment les évènements sanglants à Smara, qui se trouve jusqu’à l’heure littéralement assiégée par les forces de répression marocaines.

Une intervention brutale de la part des services de renseignements marocains s’est abattue lundi dernier contre les citoyens sahraouis à Smara, « seulement pour avoir réclamer pacifiquement le droit de leur peuple à l’autodétermination et à l’indépendance », a regretté le Président sahraoui.

« Il n’est pas possible d’accepter indéfiniment la persistance de telles violations des droits de l’homme, rapportées et documentées par de multiples organisations de défense des droits de l’homme, et à leur tête le Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme, et qui se déroulent dans un territoire se trouvant sous la responsabilité des Nations Unies, présentes à travers la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara Occidental (MINURSO) », a ajouté le texte.

Le président de la République a appelé à faire toute la lumière sur le sort de plus de 500 disparus civils et 151 prisonniers de guerre sahraouis et à la libération de tous les prisonniers politiques sahraouis qui se trouvent encore dans les prisons marocaines.

A cette occasion, nous réitérons notre demande consistant à la publication sans tarder du contenu du rapport du Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, suite à sa mission dans le territoire en 2006, l’application de ses recommandations ainsi que l’élargissement des prérogatives de la MINURSO à la défense des droits de l’homme dans le territoire et des libertés fondamentales, et ce dans l’attente du parachèvement du processus de décolonisation au Sahara Occidental à travers l’organisation d’un référendum libre et démocratique.

« Vous trouverez un annexe de la liste non exhaustive des blessés, arrêtés et des domiciles saccagés, dont leurs biens ont été détruits ou volés par les services de sécurités marocains, sans distinction d’âge ou de sexe », a déploré M. Abdelaziz dans sa lettre à Ban Ki-Moon. (SPS)

020/090/100 241300 SEPT 08 SPS

Voici une liste des blessés, domiciles saccagés et des personnes arrêtées :

L’activiste sahraouie des droits humains, Enghia Boukhers
Mettou El Bar
Hindou El Bar
Roughaya Lebsir
Ennaha Saaid
Ghleila Hassni
Eghleila Youssef et son bébé
Ezahra Faten
Elbourhimi Essalka
Edawdi Edeicha

Domiciles saccagés:
Domicile de prisonnier politique sahraoui Ghali Essaidi Mahmoud Bahaha
Domicile de Sidi Ould Essiid
Domicile de Mahmoud Ould Sattaf
Domicile d’Ahl Salki Ould Ehmeiad
Domicile d’Echikhi Mohamed Salem
Domicile d’Ahl Labat Meilad
Domicile d’Ahl Aaloua
Domicile d’Ahl EL Bar
Domicile D’Ahl Mansour
Domicile d’Ahl Beye
Domicile d’Ahl Ali Ould Enafaa
Domicile d’Ahl Bouzeid Ould Beye

Les arrêtés :
Ahmed Leibeed El Bachir
Ibrahim Echikhi
Abdati Dadah Boumrah
Mansar Ghali
Hakim Ould Mohamed Bakar
Ould Essalek El Batal
Elmahfoud Essalek Abd Elouadoud
Leibeidi Essalek Abd Elouadoud
Elhoussen Ebaia Mohamed Fadel
Ahmed Mohamed Ould Omar Eddalii
Abdalahi Cheheib
Mohamed Ali Beini
Mohamed Ould Alati
Mohamed Essaleh Lehbib
Mohamed Embarek Bada
Mohamed Ould Ahmed Echrif
Lekhbabi Dadi
Lekhbabi Ahmed
Balah Ould Embarek Ahmed
Lehssan Mohamed Embarek Bouhanana
Ghali Lehssan Mansar
Embarek Cheheib
Mohamed Ali Kediri
Said El Beillal




Le Namibie appelle à la décolonisation du Sahara Occidental

28092008

New York, 24/09/2008 (SPS) Le président namibien, Hifikepunye Pohamba, a appelé à la décolonisation de conflit du Sahara Occidental occupée par le Maroc depuis 1975, au cours de son intervention devant la 63ème session de l’Assemblée générale de l’ONU.

M. Pohamba a exprimé « la préoccupation de son pays pour le non règlement de la question du Sahara occidental », afin de permettre au peuple sahraoui de jouir pleinement de son droit à l’autodétermination et à l’indépendance.

« Nous soutenons les négociations directes entre les deux parties au conflit, le Maroc et le Front du Polisario sous les auspices de nouveau Envoyé personnel du SG de l’ONU au Sahara Occidental », a-t-il ajouté, « appelant à l’application des résolutions pertinentes du conseil de sécurité pour l’organisation d’un référendum d’autodétermination juste et libre pour ce territoire »

D’autre part, la délégation sahraouie conduite le MAE, Mohamed Salem Ould Salek a eu mercredi des entretiens avec les délégations participantes à la 63ème session de l’Assemblée générale de l’ONU, notamment le premier ministre de Saint Vincent et Grenadines, le président du Surinam, les mistres des AE d’Espagne, de Cuba, de l’Equateur et du Lusotho. (SPS)




Le président de la République estime l’exploitation illicite du Maroc des richesses naturelles sahraouies entre 4 et 5 milliards de dollars US par an

28082008

Chahid ElHafed, 26/08/2008 (SPS) Le président de la République, Mohamed Abdelaziz a estimé l’exploitation illicite des richesses naturelles du Sahara occidental par le Maroc « entre 4 et 5 milliards de dollars US », déplorant le silence observé par la communauté internationale..

Au cours d’une interview au quotidien algérois, Achaab, le président sahraoui a regretté que « le Maroc a dépensé plus de cent milliards de dollars US pour son occupation du Sahara occidental au moment où cette somme pourrait être investie au développement économique du Maroc ».

Le Président sahraoui a regretté avec force l’attitude française s’alignant sur la proposition marocaine « d’autonomie » au Sahara occidental, ce qui, a-t-il soutenu  » ne fait qu’alimenter la crise entre les deux parties au conflit et empêche l’édifice du grand Maghreb », précisant que « sans le soutien de la France au Maroc, la région serait dégagée de ce problème et Rabat serait conformé à la légalité internationale ».

Il a en outre formulé l’espoir que la France, pays membre du Conseil de sécurité connu par la défense des droits de l’Homme et du droit international, « adopte une position honorable et équitable vis-à-vis de la question du Sahara occidental, qui est une question de décolonisation et la dernière colonie en Afrique en ce 21èmè siècle ».

S’agissant de la reprise des négociations, M. Abdelaiz a exprimé « la disponibilité de la partie sahraouie à poursuivre les négociations sous les auspices de l’ONU, mais sans l’actuel représentant spécial du SG qui s’est éloigné de sa neutralité dans le conflit en appuyant la position marocaine, afin de parvenir à un règlement de la question du Sahara Occidental qui garantisse le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Il a dans ce contexte précisé que « le cessez le feu n’est pas le retrait des armes », affirmant que « le peuple sahraoui défendra par tous les moyens légitimes y compris le retour aux armes pour arracher ses droits légitimes à l’autodétermination et à l’indépendance », a ajouté la même source.

La RASD est reconnue par des pays comme l’Afrique du Sud, l’Uraguay, le Burundi, le Paraguay et le Vanuatu, qui ont établis des relations diplomatiques, ce qui a dit M. Abdelaziz, réconfortera la légitimité de la cause du peuple sahraoui en lutte depuis 33 ans pour son indépendance. Elle est également membre fondateur de l’Union africain (UA) et membre observateur au sein l’Internationale socialiste, a-t-il rappelé.

Le président de la République a évoqué la situation critique des droits de l’Homme perpétrée par les services de la sécurité marocains contre les citoyens sahraouis sans défense dans les territoires occupés du Sahara occidental.

« Ils font larguer les personnes à partir des hélicoptères, et enterrer d’autres vives par des tracteurs dans des fosses communes », ainsi que l’implantation du mur de la honte qui s’étend sur une distance de 2400 Kms du Sahara occidental, soutenu par les différents types de mines prohibes par les conventions internationales, a-t-il déploré.

Le Président sahraoui a également appelé à faire la lumière sur le sort de plus de « 151 prisonniers de guerre sahraouis, 500 civils portées disparus entre les années 70 et 80 et à libérer 64 prisonniers politiques sahraouis des prisons marocains depuis le déclenchement de l’Intifada dans les territoires occupées de Sahara Occidental en mai 2005.

S’agissant de l’aspect humanitaire, le président a réaffirmé que le Front Polisario « rejette catégoriquement l’usage des aides comme moyen de pression sur le peuple sahraoui », saluant « l’Algérie qui assiste depuis 1975 les réfugies sahraouis et sans conditions préalables ».

M. Abdelaziz a par ailleurs apprécié le don d’un million d’euros par le gouvernement italien par la voie du PAM et d’un autre de deux millions d’euros en juillet dernier en faveur des réfugiés sahraouis. (SPS)




Mohamed Abdelaziz à Ki-moon: l’Envoyé personnel de l’ONU au Sahara Occidental s’est disqualifié pour conduire les prochaines négociations

25082008

Bir Lehlu (territoires libérés), 15/08/2008 (SPS) Le Président sahraoui, Mohamed Abdelaziz a averti le Secrétaire général de l’ONU que son envoyé personnel au Sahara Occidental, M. Peter Van Valsum, s’est disqualifié pour conduire toute négociation prochaine entre le Front Polisario et le Maroc.

« En adoptant une attitude délibérément pro-marocaine puisqu’elle conforte la position du Maroc qui ne conçoit de solution que « dans le cadre de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du Royaume », l’Envoyé personnel se départit de l’attitude d’impartialité qui doit être la sienne et foule au pied la légalité internationale se disqualifiant totalement pour la conduite future des négociations entre le Frente POLISARIO et le Maroc », a écrit M. Abdelaziz dans une lettre à Ban Ki-moon, parvenue à SPS.

Voici le texte intégral de cette lettre lettre, dont une copie st parvenue à SPS:

Bir lahlou, le 04 août 2008

S.E Ban Ki-moon
Secrétaire général des Nations Unies
New York

Monsieur le Secrétaire général,

Trois mois après l’adoption par le Conseil de sécurité de sa résolution 1813 (2008) appelant à la poursuite des négociations entre le Frente POLISARIO et le Royaume du Maroc en vue de parvenir à une solution politique mutuellement acceptable assurant l’autodétermination du peuple du Sahara occidental, il m’a paru utile de vous faire part de nos observations concernant le déroulement du processus de négociations dont le Conseil de Sécurité vous a confié la conduite.

Je voudrais, d’abord, vous réitérer de la manière la plus solennelle le soutien du Frente POLISARIO aux efforts que vous menez depuis votre élection aux hautes fonctions de Secrétaire général pour parvenir à une solution définitive de ce problème de décolonisation fondée sur la légalité internationale et conforme à la doctrine et à la pratique des Nations unies en matière de décolonisation.

Ainsi que l’Assemblée générale et le Conseil de sécurité l’ont, avec constance et clarté, réaffirmé, au fil des ans, le problème du dernier territoire sous occupation coloniale sur le continent africain, ne peut trouver sa solution qu’à travers l’exercice par le peuple de ce territoire de son droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance tel qu’énoncé dans la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Je voudrais, ensuite et de la même manière, vous renouveler l’entière disponibilité du Frente POLISARIO à continuer de participer de bonne foi aux négociations initiées par le Conseil de sécurité sous votre haute autorité et sa volonté ferme de parvenir avec le Royaume du Maroc à un règlement définitif de ce douloureux conflit, qui permette au peuple sahraoui de décider, en toute liberté, de son devenir.

Permettez-moi, à cet égard, de vous faire part de la stupéfaction et de la désapprobation du Frente POLISARIO à la suite de la déclaration faite, en avril dernier, par votre Envoyé personnel, Mr Peter van Walsum, devant le Conseil de sécurité qui se démarque de manière radicale et inacceptable de la position traditionnelle des Nations unies sur ce problème de décolonisation et partant de la légalité internationale telle que consacrée par l’ensemble des résolutions pertinentes des Nations Unies.

Cette prise de position en porte-à-faux avec la ligne générale de vos rapports au Conseil de sécurité, y compris celui en date du 14 avril 2008, est d’autant plus surprenante que dans des prises de position antérieures, l’Envoyé personnel avait clairement exclu que les Nations unies apportent leur caution à un référendum d’autodétermination qui ne comporterait pas l’option de l’indépendance.

En recommandant que les négociations se tiennent sur la base du projet marocain d’autonomie, l’Envoyé personnel suggère, en fait, au Conseil de sécurité, et, par delà, à la Communauté internationale de reconnaître le fait accompli et, partant, la souveraineté du Maroc sur un territoire figurant sur la liste des territoires non autonomes des Nations unies, occupé par la force depuis 1975, alors même qu’aucun Etat au monde, comme le reconnaît l’Envoyé personnel, lui-même, ne reconnaît, à ce jour, une telle souveraineté.

En adoptant une attitude délibérément pro-marocaine puisqu’elle conforte la position du Maroc qui ne conçoit de solution que « dans le cadre de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du Royaume », l’Envoyé personnel se départit de l’attitude d’impartialité qui doit être la sienne et foule au pied la légalité internationale se disqualifiant totalement pour la conduite future des négociations entre le Frente POLISARIO et le Maroc.

Je suis confiant, Monsieur le Secrétaire général, que vous saurez prendre les décisions qui s’imposent pour une poursuite des négociations ordonnée et respectueuse de la légalité internationale et pour la préservation des règles d’impartialité et d’équité sur lesquelles se fonde notre Organisation dont la responsabilité à l’égard de notre peuple demeure pleinement engagée.

En le faisant, vous conforterez la position qui a, de tout temps, été celle des Nations unies à l’égard du règlement de cette question de décolonisation et celle de la légalité internationale telle qu’incarnée par les résolutions pertinentes des Nations unies.

Hautes considérations.

Mohamed Abdelaziz
Secrétaire général du Frente POLISARIO et
Président de la RASD.
(SPS)




 »La France doit se mobiliser davantage pour l’indépendance du peuple sahraoui »

16112007

Paris, 11/11/2007 (SPS) Le président de l’Association française des amis de la RASD (AA-RASD), M. Francis Jacob, a souligné samedi que « la France doit se mobiliser davantage pour l’indépendance du peuple sahraoui ».

« Nous avons aujourd’hui affirmé notre intention de renforcer dans toutes les villes de France les rangs des amis du peuple sahraoui en lutte pacifique pour son indépendance », a déclaré à l’APS M. Jacob, à l’issue de l’assemblée générale annuelle de son ONG qui s’est tenue à Vitry, en région parisienne.

« Dans toutes les villes, partout où nous le pourrons, nous allons sensibiliser l’opinion publique française autour de la question sahraouie, question qui ne peut se poser qu’en termes de décolonisation », a-t-il poursuivi, soulignant que « là est le fond du problème » et que, en conséquence, « là est la clé de la solution ».

« La France ne peut ignorer le souci du Front Polisario, mandaté par le peuple sahraoui pour mener à terme le processus de libération nationale », a-t-il ajouté, indiquant que les activités de l’AA-RASD viseront à aiguiser « la prise de conscience autour des réalités du Sahara Occidental », vu comme le dernier pays africain à être encore colonisé.

De son côté, la Secrétaire générale de cette ONG, Mme Régine Villemont, a évoqué « le paradoxe de la répression accentuée contre le peuple sahraoui dans les territoires occupés » alors que les Nations Unies appellent à des négociations directes, sans conditions préalables, entre le Front Polisario et le Maroc.

« La toute dernière résolution des Nations Unies a réaffirmé le droit du peuple sahraoui à son autodétermination, et c’est cela qui doit servir de seule base à toute négociation » entre les deux parties en conflit, a-t-elle dit.

Mme Villemont a indiqué que l’AG de l’AA-RASD, qui a évoqué la situation dans les territoires sahraouis occupés et soutenu la résolution onusienne, a décidé de « déployer davantage » le dispositif de sensibilisation et de mobilisation autour de la question sahraouie, « en direction des médias français, des élus, des partis politiques, ainsi que des touristes qui ont l’intention de visiter cette région ». « L’urgence de la situation nous impose de nous mobiliser encore plus », a-t-elle affirmé.

Le maire de Vitry, M. Audoubert Alian, a ouvert l’AG de l’AA-RASD à laquelle a également participé la maire adjointe chargée des relations internationales de Le Mans, une ville jumelée avec la ville sahraouie Haouza.

Le Consul d’Algérie à Vitry, M. Rachid Hadbi, et un représentant de l’ambassade d’Algérie en France, ont été invités à ce forum qui a regroupé une centaine de personnes. (SPS)







LULLY CONSEIL : de vins, de... |
le blog du savoir |
Actus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Andalousie
| Nemanor
| Nehemiah The Story